Centre d'aide

Et qu'en est-il des antidouleur?

Dois-je attendre que la douleur soit très forte avant de prendre mes antidouleurs?

Non! Ils constituent une part importante du traitement de la douleur. Il est important de traiter la douleur le plus tôt possible. Le fait de maîtriser la douleur dès ses débuts aide à éviter un cycle de stress et une augmentation de la douleur. Ces médicaments sont plus efficaces lorsque la douleur est moins forte. N’attendez pas que la douleur soit insupportable avant de prendre votre médicament.

Quels sont les médicaments disponibles?

La douleur légère peut souvent être contrôlée à l’aide d’un médicament en vente libre. La douleur modérée à forte nécessite un médicament sur ordonnance. Il existe de nombreux types de médicament, dont les analgésiques et des médicaments qui sont efficaces en association avec des analgésiques. Parlez à votre médecin afin de déterminer quel est le meilleur choix pour vous. Discutez avec votre médecin et votre pharmacien des médicaments que vous utilisez pour contrôler votre douleur. Il est important pour eux de surveiller la combinaison des médicaments, y compris les produits en vente libre et les préparations à base de plantes.

La douleur légère ou modérée est souvent traitée initialement avec l’acétaminophène et des anti-inflammatoires ou AINS comme l’ibuprofène, le naproxen et le diclofénac, entre autres. Des relaxants musculaires en association avec un analgésique, des crèmes topiques analgésiques et des produits à friction peuvent également être efficaces. Deux autres médicaments, appelés méloxicam et célécoxib sont souvent utilisés parce qu’ils sont moins susceptibles de causer des ulcères comparativement aux AINS. Bien que ces médicaments soient efficaces, on doit les utiliser avec prudence chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires, comme l’angine, et chez les patients présentant des facteurs de risque, comme un taux élevé de cholestérol et le tabagisme.

  • On peut traiter la douleur modérée ou forte avec le tramadol, la codéine et de puissants opiacés comme l’oxycodone.
  • La douleur neuropathique est traitée différemment. Des médicaments comme des antidépresseurs et des anticonvulsivants, ainsi que des analgésiques comme le tramadol, sont fréquemment utilisés. Discutez de ces options avec votre médecin ou votre infirmière.

Qu’en est-il de l’accoutumance?

L’accoutumance aux opioïdes utilisés pour traiter la douleur chronique peut survenir, mais elle est, à vrai dire, peu courante. La douleur chronique s’étend sur une longue période. C’est pourquoi un grand nombre de personnes ont quotidiennement recours à des analgésiques opioïdes pour prendre en charge leur douleur. La dépendance physique aux opioïdes pour soulager la douleur n’est pas une accoutumance. Elle survient lorsqu’on prend un grand nombre de médicaments, et non uniquement ceux contre la douleur. Elle se résout par une diminution graduelle de la dose jusqu’à l’arrêt complet de ces médicaments. Votre médecin vous aidera dans ce processus.

Il est plus probable qu’une dépendance aux opioïdes survienne si vous, ou un parent, un frère ou une soeur, avez des antécédents d’accoutumance à une autre substance, comme l’alcool. Les opioïdes à libération lente sont moins susceptibles de causer une accoutumance que les formes à action rapide. Votre médecin peut vous aider à passer à un type d’opioïde à libération lente, s’il semble que vous aurez besoin d’opioïdes pendant une longue période.

Si vous prenez des opiacés, il est possible que vous ayez de la constipation. Si vous souffrez de lombalgie, il est important de ne pas trop forcer lorsque vous allez à la selle. Un bon remède naturel est de mélanger en parties égales de la compote de pommes, du jus de prunes et du son et de le garder au réfrigérateur. Prenez une cuillérée à table par jour. Parlez à votre médecin ou à votre pharmacien si votre constipation ne s’améliore pas ou s’aggrave.